Blog > RSE > Limiter son empreinte avec des actions vertueuses avant chantier
RSE

Bien préparer les chantiers pour limiter notre empreinte

San_Juan_Philippines

Des solutions vertueuses

Avant de démarrer un chantier, Matière® cherche à déployer des actions vertueuses et durables pour limiter son impact sur l’environnement. Illustrations aux Philippines.

A chaque construction d’ouvrage d’art en site fluvial, Matière® drague les rivières afin de compenser la diminution de section hydraulique causée par les fondations situées dans la rivière. « Les ponts qui franchissent les rivières reposent sur des piles enfoncées dans le lit de la rivière, ce qui impacte la section hydraulique, explique Claude Valdenaire, Bridge Engineer aux Philippines. Pour compenser cette diminution, nous réalisons des travaux de dragage afin de recalibrer la rivière. Le but est d’enlever le sable et les détritus qui s’accumulent au fond de la rivière. » Le dragage des rivières a lieu tous les trois ou quatre ans dans le cadre de programmes de maintenance.

Draguer… et dépolluer : une pierre deux coups 

7 000 tonnes : c’est le volume de déchets retirés et évacués par Matière® lors du dragage de la rivière San Juan à l’occasion de la construction du viaduc urbain San Juan à Manille. « Cette opération a permis de nettoyer une rivière qui était extrêmement polluée, faute de système d’assainissement performant » nous confirme Claude Valdenaire. La rivière San Juan est régulièrement souillée par des déchets de toutes sortes, ce qui est inconfortable pour les populations avoisinantes, mais aussi potentiellement dangereux.Si Matière® peut se réjouir de l’impact positif de cette dépollution de la rivière, les bénéfices n’ont malheureusement été que de courte durée, car sans action gouvernementale, la rivière est vite redevenue une décharge à ciel ouvert !

Agir dans la durée

Au-delà de ces opérations de dragage qui contribuent à l’assainissement des rivières, Matière® est toujours à l’affut de solutions en faveur de la protection de l’environnement et du bien-être des populations. Ainsi dans le cadre du projet du viaduc à San Juan, Matière® a remplacé un ancien pont à sept travées par un pont à une seule travée afin d’éviter la rétention des déchets. « Les nombreuses piles dans la rivière constituaient une sorte de barrage et les déchets s’accumulaient en amont du pont », déplore Claude Valdenaire.

D’autres actions vertueuses sont déployées lors des travaux de recalibrage des rivières, comme la construction de mur anti-inondation pour canaliser localement la rivière ou l’acquisition de fonciers pour élargir les rivières. « Dans le cadre du futur chantier du viaduc NALEX sur la rivière Tullahan, nous allons faire des acquisitions foncières pour élargir la rivière, car les berges sont systématiquement inondées », souligne Claude Valdenaire.

Travailler main dans la main avec les clients

Les clients ont aussi un rôle déterminant à jouer dans la préservation de l’environnement. Notamment, lorsque les chantiers sont situés dans des écosystèmes vitaux comme les mangroves, à l’instar du projet d’aéroport international au bord de la baie de Manille. Le client, San Miguel Corporation, préconise toute une série de mesures en faveur de la biodiversité, la qualité de l’eau et de l’air, le changement climatique, les nuisances sonores, etc. « Le futur accès à l’aéroport comprend un tracé de 10 kilomètres en rivière qui longe la baie puis une mangrove dotée de bassins d’élevage d’oies, précise Claude Valdenaire. Notre client nous impose des contraintes de distance (500 mètres) afin de protéger et de ne pas perturber la vie dans la mangrove. Et ce, dès le démarrage du chantier. Les mangroves sont des écosystèmes fragiles riches en biodiversité et très utiles, car elles absorbent le CO2 et le stockent en profondeur. Ce sont donc des zones très protégées dans le monde entier. »

Le saviez-vous ? Draguer une rivière, c’est extraire les sédiments situés au fond du lit, comme le sable, le limon, les débris. Leur élimination permet de rétablir la largeur et la profondeur du chenal et de limiter l’érosion future du littoral. Si une rivière est mal entretenue, le sable et les débris s’accumulent au fond, formant un goulot d’étranglement. En cas de pluie majeure, le goulot va limiter le débit et la rivière risque de dépasser ses rives et donc d’inonder les berges.

Pour aller plus loin

Le préfabriqué pour fabriquer mieux, moins cher, plus vite

Industrie

En savoir plus

Réhabiliter des ouvrages malades : pont Pinède et pont de l’Aubaygues 

Réalisation

En savoir plus