Remplacement du viaduc de Charmaix

Viaducto

Remplacement du viaduc de Charmaix

Présentation du viaduc existant

Cet ouvrage est un viaduc autoroutier situé sur la rampe d’accès du tunnel du Fréjus, accolé au versant de la montagne et permettant le franchissement du torrent du Charmaix. Sa construction a été achevée en 1978.

L’extrados comporte 3 voies de circulation : une voie montante et une voie descendante de 3,50m encadrant une voie centrale de 3m environ réservée à d’éventuels basculements de circulation. Le dispositif de sécurité est une barrière BN4.

Les détails techniques :

  • Le tablier est un VIPP à 9 travées d’une longueur totale à l’axe de 347m, s’inscrit sur un cercle de rayon 500m.
  • Les appuis sont rayonnants à l’exception de la culée C1 biaise à 40 grades. L’ouvrage est fondé sur 8 piles de type marteau de hauteur variant de 12,50m à 44,50m.

 

Les aménagements liés au glissement de terrain

Dès la fin de sa construction en 1978, l’ouvrage fondé pour partie sur des éboulis, a été soumis aux mouvements imprévus de cette formation. Ces perturbations ont conduit au réaménagement des fondations de 6 de ses 8 piles et des 2 culées afin de pouvoir réaliser régulièrement des opérations de recalage géométrique.

Ce réaménagement a consisté à séparer l’embase des fûts de piles de leurs semelles pour les faire reposer sur des appareils d’appui à pot glissants mis en place sous une culasse en béton précontraint enserrant l’embase du fût. Il a ensuite fallu construire autour de ces appuis, une enceinte en béton armé faisant office de massif de réaction aux vérins utilisés pour recaler les piles.

Trois opérations de recalage complètes ont ainsi été réalisées, en 1990, 1997 et 2003. Le cumul des déplacements appliqués a ainsi atteint près de 40cm sur la pile P2.

 

Le nouveau viaduc du Charmaix, par Matière®

Le nouveau viaduc du Charmaix fabriqué à l’usine Matière® de Bagnac-sur-Célé, est un caisson mixte à diaphragmes et consoles avec hourdis béton armé.

Le viaduc atteint désormais une longueur totale de 281,25m répartie en 3 travées continues de 82,50m, 116,25m et 82,50m.

Les culées C1 et C3 sont de type chevêtre sur semelle fondée sur un massif en gros béton faiblement armé reposant lui-même sur un sol renforcé par jet grouting. Elles sont prolongées côté vallée par un massif en remblai renforcé à parement en béton armé.

La pile P1 est fondée sur une semelle superficielle au sein des éboulis avec interposition d’un massif en gros béton. La pile P2 est fondée sur une autre semelle superficielle ancrée au substratum rocheux. Pour atteindre le niveau du substratum, un puit de 10,50m de diamètre a été réalisé.

Les parois du puit sont soutenues par des viroles en béton armé qui permettent également d’isoler le fût de pile sur la hauteur des éboulis en un vide annulaire de 1,025m pour un déplacement attendu pendant la vie de l’ouvrage de l’ordre de 40cm, selon les calculs des géomètres.

Partager cet article :