Le Programme ITER

ITER Matière

Le Programme ITER

Le programme ITER est un projet international de grande envergure. Sélectionnée pour participer à sa construction, il semblait important pour Matière® de présenter ce projet de façon détaillée.

 

Qu’est-ce que l’ITER

Face à une croissance constante de la population mondiale et au développement des pays dits « émergents », les besoins en énergie en électricité augmentent de façon exponentielle. La consommation d’énergie a en effet cru de 50% ces 40 dernières années et devrait être à nouveau multipliée par trois avant 2100.

Dans le but de créer de l’énergie en se basant sur un nouveau mode de production semblable à l’énergie alimentant le soleil et les étoiles, des ingénieurs et scientifiques du monde entier se sont réunis autour d’un des projets les plus ambitieux jamais mis en place dans le secteur de l’énergie : L’ITER.

Sept membres se sont regroupés autour de ce projet expérimental pour une durée de 35ans :

 

  • L’Union Européenne
  • La Russie
  • Les États-Unis
  • La Chine
  • Le Japon
  • La Corée
  • L’Inde

 

Dans le cadre de la construction et de l’exploitation de l’ITER, c’est à l’Europe qu’incombe la majeure partie des frais, c’est-à-dire 45,6%. Les autres pays membres participent eux à hauteur de 9,1% chacun. Toutes les contributions à ce projet se font sous forme de dons en nature tels que la construction de bâtiment, la mise à disposition d’équipements et la fourniture de pièces permettant la création de l’ITER.

Sur un commun accord, c’est la commune française de Saint-Paul-lez-Durance et plus spécifiquement Cadarache qui a été sélectionné pour accueillir la structure ITER et tous les autres bâtiments et services annexes au projet, un terrain d’environ 42 hectares.

 

Les dates clés du projet

C’est en 1958 que le premier Tokamak a été conçu mais c’est seulement lors du sommet de Genève en 1985 que Mikhail Gorbatchev et Ronald Reagan décident d’une alliance pour effectuer des recherches sur l’énergie de fusion. Le programme ITER nait alors avec pour objectif la création d’une source d’énergie inépuisable pour toute l’humanité.

En 1987, le projet prend déjà de l’ampleur et des pays ou groupement de pays comme l’UE et le Japon rejoignent le programme ITER.

Dès 1988 les études de conception de l’ITER sont lancées de même que des études techniques jusqu’en 2001 ou la version finale du projet est validée.

Deux nouveaux membres s’associent au projet en 2003, la Chine et la Corée. En 2005, c’est au tour de l’Inde d’intégrer le programme.

Cette même année, le site d’implantation de l’ITER est choisi à l’unanimité, ce sera en France, dans la région des Bouches-du-Rhône, à Cadarache.

Le 21 novembre 2006, l’Accord ITER est officiellement signé par ses 7 membres.

En 2007, l’organisation internationale ITER Organization est créée.

Après quelques mois de préparation du terrain, les travaux de construction démarrent en 2010 et plus précisément au mois de novembre avec le symbole de la pose de la première pierre.

 

Pour plus de détails sur ces dates ou pour découvrir les autres grandes dates du projet n’hésitez pas à consulter la frise chronologique présentée sur le site officiel d’ITER :

https://www.iter.org/fr/proj/itermilestones

 

Qu’est-ce qu’un Tokamak ?

Depuis des décennies on sait produire de l’énergie grâce à la combustion de matières fossiles, à la fission nucléaire ou encore grâce aux ressources renouvelables telles que le vent et l’eau. Au sein des centrales, les énergies provenant des mouvements mécaniques ou de la chaleur sont ensuite transformées en électricité.

Le projet d’ITER vise lui à se baser sur une toute autre sorte d’énergie propre, celle du soleil et des étoiles.

C’est ici qu’intervient le tokamak, équipement expérimental imaginée pour concentrer et transformer l’énergie de la fusion des noyaux atomiques en chaleur puis en électricité.

Le bâtiment qui recevra le tokamak dominera l’ensemble du site ITER avec ses 80m de hauteur, 120m de long et 80m de large. Ce complexe de 7 étages accueillera non seulement le tokamak mais aussi de nombreux équipements industriels.

Cette construction atypique nécessitera près de 7 500 tonnes d’acier, 16 000 tonnes de ferraillage et 150 000m3 de béton.

 

illustration iter

 

 

Les travaux engagés pour la création de l’ITER

Les premiers mois de chantier sur le site de Cadarache ont été dédiés aux travaux de défrichage et de terrassement et étaient réalisés par des entreprises françaises.

L’étape suivante consistait à mettre en place des fondations parasismiques, une phase clé car l’emplacement recevant le cœur du tokamak se doit d’être d’une stabilité à toute épreuve. Une fois les fondations finalisées, la construction a pu débuter et est actuellement toujours en cours.

En parallèle la construction des bâtiments auxiliaires comme l’usine cryogénique, les installations pour l’eau de refroidissement et la transformation électrique, a, elle aussi bien avancé.

De manière à accueillir sur le long terme toutes les familles des employés et chercheurs, une école internationale a été créée. Un itinéraire ITER a aussi été aménagé afin de faciliter l’acheminement des pièces du tokamak jusqu’au site scientifique.

L’ensemble du chantier nécessitera au final plus de 2300 ouvriers et devrait être achevé en 2024.

Entre 2007 et 2017, 5,3 d’euros de contrats ont été générés entre les travaux et les activités de services nécessaires et 50% de ces recettes ont été attribuées aux entreprises françaises, soit 2,1 milliards d’euros.

En accueillant ce projet international sur son territoire, la France a fait bénéficier les entreprises françaises d’une réelle bouffée d’oxygène. Nombre d’entre elles ont pu apporter leur contribution grâce à leur savoir-faire notamment Industeel, Air Liquide, Thalès, Matière® …

 

travaux iter

La contribution de Matière® au programme ITER

En tant que spécialiste du BTP, l’entreprise Matière® a été sélectionnée pour participer aux divers chantiers de construction du complexe Tokamak et des bâtiments annexes.

Dans le cadre de ce projet de grande ampleur, l’expérience de Matière® à l’international est un réel avantage car l’ensemble des documents tels que les plans et les notes de calculs sont en anglais, langue officielle sur le site de construction.

Certaines équipes Matière® ont été affectées à des activités Béton, d’autres ont eu l’opportunité de mettre en œuvre leur savoir-faire en matière de structures métalliques.

Concernant l’activité Béton, trois galeries techniques devront être réalisées avec SPIE, pour une distance totale de 1.2km :

  • La première galerie technique, correspondant à la zone 11, représente une longueur de 110m ;
  • La deuxième galerie technique, correspondant à la zone 6, représente une longueur de 650m ;
  • La troisième galerie technique, correspondant à la zone 9, représente enfin 450m de long.

Ces ouvrages seront mis en place à partir de structures en Béton armé du type :

  • Dalles sur « U » de 1.65m de largeur et de hauteur variant de 2.20m à 3.70m ;
  • Dalots de 2.50m x 2.50m ;
  • Opti-cadre de 2.50m x 3.10m ;

… et comporteront également certaines particularités telles que :

  • Des changements de direction ;
  • Des zones de raccordements ;
  • Des réservations dans les dalles, radier et montants ;

Des équipements seront également à prévoir pour la réalisation des galeries, notamment des Rails Halfen, et une machine MALT (mise à la terre) …

 

Les études d’exécution de la zone 11 ont été menées entre mai et août et celles concernant la zone 6 ont débuté au mois d’août dernier.

La construction de ces trois galeries devrait se répartir sur près d’une année.

Partager cet article :