Les ponts français les plus légendaires : Le Pont Du Gard

pont du gard france

Les ponts français les plus légendaires : Le Pont Du Gard

Cela peut paraître étonnant lorsqu’on s’intéresse aux constructions qui voient le jour aux quatre coins du monde aujourd’hui. Mais grâce à ses réalisations surprenantes qui défient le temps, la France se place toujours comme une nation clé en ce qui concerne le génie civil !

Nous partagerons donc avec vous des anecdotes et des détails techniques concernant trois des plus grands ponts ayant marqué l’histoire du génie civil en France et dans le monde entier !

Notre premier dossier portera sur le Pont du Gard, l’un des ouvrages du génie civil les plus visités au monde !

 

Retour sur l’histoire de l’aqueduc Romain

 

Aujourd’hui encore, le Pont du Gard, situé dans la belle région Occitanie, est source de nombreuses superstitions et légendes. Beaucoup se demandent en effet « Comment l’ouvrage a-t-il pu résister au temps tout en gardant la majorité de sa structure intacte ? », ou encore « Comment, avec les moyens de manutention de l’époque a-t-on pu battre les records de hauteur pour la construction d’un aqueduc ? »

 

L’histoire du plus vieil ouvrage d’art français encore sur pied débute au 1er siècle après J.C. A cette époque, toute la région du sud de la France est conquise par les romains et la ville de Nîmes ne parvient plus à satisfaire les besoins en eau de sa population.

 

En effet, la fontaine de Nemausus située au pied du Mont Cavalier ne suffit plus pour alimenter en eau les habitants mais aussi les thermes de la ville.

Pour remédier à ce problème, les ingénieurs romains recherchent des solutions diverses pour acheminer l’eau d’une autre source jusqu’à la cité. Ils décident alors de construire un aqueduc reliant la source d’Uzès à la ville de Nîmes.

 

Une véritable prouesse technique car il faut faire circuler l’eau sur une cinquantaine de kilomètres et avec un dénivelé extrêmement faible (environ 25cm par km).

Pour cette grande entreprise, les ingénieurs doivent également prendre en compte les obstacles importants que représentent la vallée du gardon, les forêts environnantes ainsi que la réalisation inévitable de plusieurs tunnels.

 

L’aqueduc remplit sa fonction jusqu’au Vème siècle. Il fut ensuite transformé en péage au Moyen-Âge et enfin en pont routier entre le XVIIIème et le XXème siècle.

 

Ce n‘est qu’au début des années 2000 que ce grand site de France a fait l’objet d’une préservation aux vues de sa richesse historique. Il est depuis réservé à des fins touristiques et ne peut être visité qu’à pied.

 

 

 

Le pont du Gard en quelques chiffres

49m : c’est la hauteur du pont, un record pour l’époque romaine !

 

275m : c’est la longueur de l’ouvrage situé entre 2 montagnes, au-dessus du Gardon.

 

3 : le nombre de niveaux différents que compte l’aqueduc. C’est en fait une superposition de 3 ponts afin d’atteindre la hauteur nécessaire.

 

64 : le nombre total d’arches en pierre construites pour le Pont du Gard.

 

21 000 m3 de roches calcaires ont été extraites des carrières.

 

50 000 tonnes estimées pour cet ouvrage fait de pierres.

 

15 : nombre d’années nécessaires à la construction de l’aqueduc entre Uzès et Nîmes. Le chantier du Pont du Gard est lui estimé à environ 5 ans.

 

450 : années d’utilisation de l’aqueduc avant d’être laissé à l’abandon.

 

1898 : c’est seulement cette année-là que l’aqueduc reçoit l’appellation de Pont du Gard.

 

6 décembre 1985 : date à laquelle l’ouvrage de pierre est inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO.

 

1.5 millions de visiteurs arpentent l’allée centrale du Pont du Gard chaque année.

 

Les secrets de la construction de ce pont en pierre bimillénaire

 

Pour démarrer la construction de ce monument romain, il fallait tout d’abord trouver les pierres, composant principal de l’ouvrage. Par chance, les bâtisseurs disposaient d’une carrière de pierre dotée de roches de qualité à moins de 600 m du lieu de construction. Il suffisait ensuite de transporter les pierres grâce à la rivière avant de les tailler aux dimensions adéquates.

 

Le montage du pont au-dessus des gorges du gardon a été réalisé à sec, c’est-à-dire sans utilisation de mortier entre les pierres pour souder les éléments entre eux. Le procédé d’assemblage consistait en effet à patiner la pierre avec du sable rouge abrasif puis à les empiler minutieusement.

Lors de la construction, les bâtisseurs commençaient toujours par les plus grandes arches et utilisaient les pierres les plus lourdes pour constituer la base des piles. Puis, un coffrage en bois, aussi appelé gabarit, était positionné afin d’assembler les pierres constituant l’arche.

 

Lorsqu’on se rend sur le site à l’heure actuelle, on se rend compte que les pierres constituant les arches étaient numérotées. Un emplacement spécifique avait été attribué à chacune d’entre-elles en fonction de leur forme afin que l’ensemble de la structure tienne en place par simple effet de compression.

En ce qui concerne l’aqueduc, ouvrage permettant d’acheminer l’eau par canaux et canalisations, il était situé au 3ème étage du Pont du Gard. Chacun de ses piédroits avait été revêtu d’un béton de tuileau (béton hydraulique), afin de minimiser les fuites et déperditions d’eau.

 

Cependant, 2000 ans après la pose de la première pierre, l’ouvrage semble montrer quelques signes de faiblesse. On remarque en effet que le Pont du Gard n’est plus rectiligne, mais commence à s’incurver. Alors comment perdureront les vestiges de ce pont gallo-romains, patrimoine hors du commun de la région Nîmoise? Et comment les spécialistes du génie civil d’aujourd’hui devront intervenir pour préserver le formidable Pont du Gard ?

 

 

L’entreprise Matière®, elle, est surtout spécialisée dans les ouvrages en béton et dans la fabrication de grands ponts métalliques depuis plus de 25 ans. Les ouvrages d’art représentent la majeure partie de son activité. En 2004, l’entreprise cantalienne a même développé un concept de ponts modulaires préfabriqués qui peuvent être installés en des temps records, les ponts Unibridge®

Matière® pourrait donc mettre son savoir-faire a contribution pour aider à la préservation de ce patrimoine d’exception.

 

 

 

 

Partager cet article :